POINT PRÉVENTION N°1 – Intoxication au gaz

De retour d’une campagne de pêche, les marins procèdent au nettoyage de l’usine avant de quitter le bord. Cette opération est fréquente et consiste à pulvériser un produit chimique en solution pour décaper et nettoyer toute la ligne de traitement des captures. La campagne a été longue et les marins ont hâte de rentrer à la maison. L’un d’eux décide d’associer deux produits chimiques pour accélérer le nettoyage. Malheureusement, les deux produits ne doivent pas être mélangés et une réaction chimique avec dégagement d’un gaz irritant se produit. Rapidement, le marin ressent de forts picotements aux yeux, sur la peau et dans les voies respiratoires. Il suffoque et perd connaissance… Le bruit de sa chute alerte les autres marins qui l’évacuent d’urgence hors de l’entrepont. Les secours, prévenus aussitôt, arrivent rapidement sur le quai et prennent en charge la victime. Diagnostic : brûlure des voies respiratoires.

QUE S’EST-IL PASSÉ ?

Les deux produits chimiques sont couramment utilisés pour nettoyer les salles de travail des navires de pêche :
– une base pour la désinfection,
– un acide pour éliminer la rouille,
Le mélange acide/base peut provoquer, comme c’est le cas ici, un dégagement gazeux hautement irritant. Les bidons contenant les produits chimiques n’étaient pas clairement étiquetés. Le marin ne portait pas d’équipements individuels de protection adaptés (demi-masque à cartouche) et n’avait pas été sensibilisé au risque chimique.

QU’AURAIT-IL FALLU FAIRE ?

  1. L’évaluation des risques : une évaluation des risques est indispensable avant toute prise de décision sur les produits à employer et les modes opératoires à mettre en œuvre.
  2. L’information : les produits chimiques doivent être clairement identifiables par leur étiquetage. Les fiches de données de sécurité (FDS) doivent être fournies et accessibles. Celles-ci indiquent les principaux dangers que présentent le produit ; les précautions de stockage, d’emploi et de manipulation ; la conduite à tenir en cas d’accident. Dans le meilleur des cas, une fiche synthétique (de chaque FDS) peut être créée pour faciliter l’accès à l’information. A l’embauche, chaque marin doit être informé de l’existence de cette fiche.
  3. La sensibilisation : les marins doivent être sensibilisé à la signification des symboles de danger figurant sur les étiquettes des produits chimiques ; aux dangers spécifiques des produits manipulés à bord ; aux conditions de stockage et de manipulation des produits ; au port et à l’utilisation des équipements de protection individuelle adéquats.
  4. Les équipements de protection indivuelle (EPI) : le chef d’entreprise doit fournir les EPI adaptés aux risques spécifiques des produits manipulés. Dans ce cas précis, il s’agit de gants, de protection respiratoire (masque avec ou sans cartouche, appareil respiratoire), d’écran facial, de bottes, etc.

EN SAVOIR PLUS…

La liste proposée ci-dessous n’est pas exhaustive mais permet d’accéder aux informations essentielles et concrètes.